samedi 12 décembre 2015

"Le Magicien d'Oz" de Frank Lyman Baum


“Le Magicien d’Oz” de Frank Lyman Baum
Ed. Pocket 2014 .Pages 179.
Titre original: “The Wonderful Wizard of Oz”

Résumé: Dorothée, la petite orpheline au rire cristallin, vit avec son chien Toto dans une ferme retirée du Kansas, auprès de son oncle Henri et de sa tante Em. Rien ne semble devoir perturber son existence paisible et joyeuse...jusqu'au jour où un formidable cyclone vient tout bouleverser. Encore assommés par le choc, Dorothée et son compagnon se réveillent, le lendemain matin, dans une bien curieuse contrée...Ici ,les sorcières ressemblent à des fées, les arbres sont doués de parole et les rêves les plus fous se réalisent. A condition, bien sûr, de les formuler devant le Grand Magicien d'Oz. Se lançant à la recherche du mystérieux personnage, la fillette croise en chemin, l’Épouvantail sans cervelle, le Bûcheron en Fer Blanc et le Lion Poltron, qui ont, eux aussi une demande de la plus haute importance à présenter au Magicien.

La 7 de la page 7: “L’étoffe était couverte de petites étoiles qui scintillaient au soleil comme des diamants.”

Baum le dit lui même “Le Magicien d’Oz a été écrit (...) avec pour unique ambition de donner de la joie aux enfants d’aujourd’hui. Il ne vise à être qu’un conte de fées modernisé: il élimine les peines de cœur et les cauchemars pour ne conserver que l’enchantement et le plaisir.”
Et pourtant, son livre va susciter deux grosses polémiques. La première étant que ce roman est en fait une apologie de la sorcellerie. Les puritains américains voient dans “Le Magicien d’Oz” un roman subversif qui veut “corrompre la jeunesse”. Ici, rien de bien nouveau, dès qu’il y a un peu de magie, les puritains américains ressortent leurs vieilles pancartes “Pas contents! Pas contents!” Rien d’original dans cette polémique.
La deuxième polémique, qui a la dent plus dure, est que Baum, par son “Magicien d’Oz” présente une critique virulente de la politique américaine de son époque. Le magicien d’Oz est un  “dirigeant” et c’est un charlatan. La fin du  XIXème siècle, les États-Unis sont dans une période de crise économique et les personnages de Baum sont en fait des analogies aux politiques de l’époque. Le fait que Baum précise bien que “Le Magicien d’Oz” ne soit qu’un conte pour enfants et rien d’autre a tendance à alimenter les arguments qui prônent un double sens au livre. En lisant le livre, vous vous ferez votre propre opinion, la mienne étant que c’est probable mais que je me contenterai de commenter le texte en tant que conte pour enfant.
Donc, “Le Magicien d’Oz” est un conte pour enfants plutôt réussi. Ne me demandez pas si le film est fidèle au livre, je n’ai pas vu le film (je sais...)
En tout cas, c’est une belle histoire. Dorothy vit au Kansas. Après une tempête, elle se retrouve, seule dans un pays merveilleux. Elle y trouve un épouvantail sans cervelle, un bûcheron en fer sans coeur et un lion sans courage. Ensemble, ils vont tenter de trouver le magicien d’Oz qui pourrait bien être la solution à leurs problèmes. L’épouvantail voudrait de la cervelle, le bûcheron de fer, un coeur et le lion, plus de courage. Malheureusement pour eux, le magicien d’Oz est un charlatan. Il ne peut donc pas vraiment les aider.  Ce que les personnages ne réalisent pas, c’est que pendant leurs aventures, ils ont tous montré qu’ils possédaient ce qu’ils pensaient ne pas avoir. Le faux magicien prétend alors donner à chacun ce qu’il désire. Ce n’est pas difficile, puisque chacun l’a déjà en lui, sans le savoir. Reste le problème de Dorothy. Comment rentrer au Kansas. Pas d’angoisse, elle trouve un moyen. Tout est bien qui finit bien.
“Le Magicien d’Oz” a donc tout les codes du conte pour enfants: magie, émerveillement, amitié etc. Baum permet aussi à ses lecteurs plus âgés de s’évader une heure ou deux. Et c’est rudement agréable de marcher avec ces personnages très sympathiques. “Le Magicien d’Oz” parle aux petits comme aux grands et c’est un plaisir de se plonger dedans. La mission est remplie et le message est passé: il faut toujours croire en soi. Et si jamais on y arrive pas tout de suite, on a des amis sur qui on peut compter.
Le contrat est rempli.

Extrait: “En fin de journée, alors que Dorothy commençait à ressentir la fatigue de cette longue marche et à se demander où elle allait passer la nuit, elle arriva près d’une maison un peu plus vaste que les autres. Des hommes et des femmes dansaient sur la pelouse verdoyante qui s’étendait devant. Cinq petits violonistes jouaient le plus fort possible, pendant que les gens riaient et chantaient non loin d’une grande table surchargée de fruits délicieux, de noix, de tartes, de gâteaux et de beaucoup d’autres bonnes choses

Aucun commentaire:

Publier un commentaire