jeudi 12 janvier 2017

"Moonlight Mile" de Dennis Lehane

"Moonlight Mile" de Dennis Lehane. 
Ed. Rivages 2012. Pages 412. 

Résumé: Patrick Kenzie et Angela Gennaro sont devenus des Américains moyens. Ils se sont mariés, ont une petite fille de quatre ans, Gabriella, et les problèmes quotidiens de tous les couples, entre autres des fins de mois difficiles. Patrick est l’employé précaire d’une grosse société de surveillance qui ne l’embauche pas définitivement car il n’est pas assez « lisse » pour son patron.
Il est toujours consumé par la colère face aux injustices. C’est peut-être cela, ainsi qu’un sentiment de compassion, qui le pousse à accéder à la demande de Beatrice, la tante d’Amanda McCready. La famille McCready, Patrick aurait bien voulu l’oublier à jamais. Douze ans plus tôt, Angie et lui avaient enquêté sur la disparition de la petite Amanda et avaient découvert que le kidnappeur n’était autre que son oncle qui voulait soustraire l’enfant à l’influence catastrophique de sa mère.
Or, selon Beatrice, Amanda a de nouveau disparu.C’est comme si le cours du temps s’était inversé pour Patrick et Angie. Les voilà de nouveau à la recherche d’Amanda. Elle a aujourd’hui 16 ans, elle fait de brillantes études, n’a apparemment pas d’amis aux dires de ses professeurs, sauf une certaine Sophie, adolescente elle-même très perturbée.Malgré ses mauvais pressentiments, Patrick ne se doute pas que son enquête l’amènera à croiser autant de gens en détresse, autant de sociopathes, sans parler de mafieux russes lancés sur la piste d’une croix à la valeur inestimable…

La 7 de la page 7: "Et ce jour-là, Dieu soit loué, elle lui a passé un coup de fil trente secondes à peine après "peleuh"." 

C'est un petit peu à regret qu'on ouvre "Moonlight Mile". Etant annoncé comme le dernier volet de la saga "Kenzie et Gennaro", on ne peut s'empêcher de regarder deux minutes en arrière, sur les tomes précédents. On a adoré toutes leurs aventures et se dire que c'est probablement la dernière fois qu'on pourra lire une nouvelle intrigue concernant ces personnages nous donne un petit pincement au coeur. On a assisté à leurs évolutions, leurs rancoeurs, leurs loyautés, leurs éthiques... Mais toutes les bonnes choses ont une fin... Voici donc "Moonlight Mile", dernier volet  des aventures de Patrick et Angela. 
Et on s'attend, évidemment à un final explosif. Malheureusement, on oublie que Lehane doit, avant de fournir un final détonnant, nous offrir une histoire qui tient la route sans pour autant affaiblir ses personnages. Ce qui n'est pas chose aisée. Et forcément, on en est un peu déçu. Des héros fatigués qui en ont assez de la vie qu'ils mènent et, surtout, ne veulent pas de cette vie pour leur fille. Et oui, ils sont moins incisifs, mois téméraires. Ils ont beaucoup à perdre à présent. Et c'est justement là que se trouve la justification de Lehane: ils sont simplement trop vieux ou trop prudents pour continuer leurs aventures. C'est une justification comme une autre... Mais elle ne m'a pas convaincue. Le retour au tome le plus connu "Gone Baby Gone" est aussi, je trouve, un peu trop facile. On prend le tome rendu mondialement célèbre par le film et on lui donne une "suite" et clap de fin. C'est rarement (jamais) que Lehane m'a déçue. Et pourtant. Là, je suis restée sur ma faim. Certes il y a de bons rebondissements mais l'intrigue reste plate et ne décolle jamais vraiment. Cela reste, somme toute, un bon roman. Mais certainement pas une bonne fin. Une grosse déception pour un roman que j'attendais avec impatience mais qui ne me fera jamais regretter les moments passés en compagnie de Patrick et Angela. 

Extrait: "J'ai eu droit au regard le plus noir qu'Angie m'ait jeté depuis des mois. Autrement dit, la récréation était terminée. Le sujet tabou entre nous, dont nous évitions soigneusement de parler l'un et l'autre, concernait la décision que nous avions prise la première fois qu'Amanda Mc Gready avait disparu. Quand Angie avait dû choisir entre la légalité et le bien-être d'une enfant de quatre ans, sa position de l'époque pouvait se résumer ainsi "On emmerde la légalité". "

Aucun commentaire:

Publier un commentaire