mercredi 7 septembre 2016

"Le grenier des enfers" de Preston & Child

"Le grenier des enfers" de Preston & Child
Ed. J'ai Lu 2011. Pages 538. 
Titre Original: "Reliquary" 

Résumé:  Deux cadavres sauvagement mutilés repêchés dans les égouts de Manhattan. Des blessures à faire froid dans le dos qui n’ont été infligées i par un homme, ni par un animal. Une vague d’assassinats sanglants qui décime les sans-abri. Tous les indices et témoignages permettent de dresser le portrait d’une créature mi-humaine, mi-mutante, aussi dangereuse qu’intelligente.
Alors qu’une psychose collective s’empare de la ville, policiers et scientifiques traquent la bête dans le New York souterrain, au sein d’un labyrinthe de stations de métro abandonnées, de tunnels et de galeries lugubres, jusqu’au « Grenier des Enfers, là où se cache l’ultime secret du monstre.

La 7 de la page 7: "Snow remua sa main libre comme on le lui avait appris, balayant la tombe, effleurant des choses au passage." 

Comme je n'avais pas forcément été très convaincue par Relic, forcément, la suite ne m'a pas beaucoup plus parlé. En effet, ici, on prend les mêmes et on recommence. Mais les personnages prennent quand même plus de profondeur même si le sujet me laisse toujours de marbre. Mais loin de moi l'idée de dire que l'écriture n'est pas bonne. Elle est même assez agréable. Pendergast est toujours aussi mystérieux et donne envie d'en savoir plus sur lui. Donc même si je ne suis pas totalement convaincue, je continuerai probablement les aventures de Pendergast. 

Extrait: "Smithback perçut un mouvement imperceptible sur le côté. Il se retourna et vit une femme petite, bien mise, les cheveux bruns impeccablement coiffés, assise à l’extrémité d'un canapé. Elle portait une robe noire toute simple. D'un geste, elle l'incita à s'asseoir. Il s'installa dans une bergère face à Marc Wisher. Un service à thé était disposé sur une table basse entre eux. Le regard du journaliste erra sur l'étalage des scones, confitures, miel et crème fouettée. Mme Wisher ne faisait pas mine de lui offrir quoi que ce soit, Smithback comprit que cet en-cas était destiné au visiteur attendu. Un léger malaise le saisit à la pensée que George pouvait surgir d'un moment à l'autre. Il se racla la gorge."  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire