samedi 2 janvier 2016

"Patte de velours, oeil de lynx " de Maria Ernestam


“Patte de velours, oeil de lynx” de Maria Ernestam
Ed. Gaïa 2015. Pages 105.
Titre Original: “ Öga for öga, tass för tass”

Résumé: Sara et Björn s'installent à la campagne dans la maison qu'ils viennent de rénover. Un paradis d'espace et de liberté pour eux comme pour leur chat. Le couple d'en face, leurs seuls voisins, est charmant. Ils n'ont qu'un seul défaut, leur propre chat, un animal belliqueux qui défend son territoire toutes griffes dehors. Bientôt, une guerre des nerfs s'engage, œil de lynx contre patte de velours. Et c'est délicieusement cruel. On ne choisit pas ses voisins. Leur chat encore moins.


La 7 de la page 7: “J’y ai déjà pensé.”

Sur fond de querelles entre chats, Maria Ernestam nous offre un bien mystérieux petit roman. Ce qui commence sur des notes assez légères et assez drôles chemine lentement vers un roman beaucoup plus sombre qu’on ne pourrait l’imaginer. Grâce aux querrelles entre chats, Ernestam nous livre avec “Patte de velours, oeil de lynx” un récit narré sur un fond de mystère, de soupcons et d’énigmes. On se prend d’affection pour Michka, cette petite chatte terrorisée et pour sa maîtresse, Sara. Le texte est très fluide et permet une lecture sans arrêt tellement l’intrigue est simple mais efficace.
On vit cette intrigue en même temps que Sara. On ressent sa colère, sa peur. On voudrait pouvoir la protéger en même temps qu’on souhaite que tout se déroule bien pour Michka également. Vous n’ignorerez plus jamais l’instinct de votre animal de compagnie. Mention spéciale pour une fin totalement inattendue.
Dans la continuation du courant suédois qui s’empare d’une histoire assez drôle pour en détourner le sens et tourner en “tragi-comique”, “Patte de velours, oeil de lynx” est un bon petit roman, assez court, qui se laisse bien digérer après les ripailles de fêtes de fin d’année.

Extrait: “Leur maison était effectivement plus vieille que la leur, on y avait soigneusement conservé le style ancien. De toute evidence, on avait consacré un temps considerable à la decoration. Agneta aimait farfouiller dans les brocantes et les ventes aux enchères. Ca ne manquait pas dans la region, et si l’un d’eux avait envie de l’accompagner, il n’y avait qu’à prévenir. Tout allait donc au mieux. Sauf entre Michka et Alexander, le chat de Lars et Agneta. Sara l’avait apercu dès le lendemain de leur arrivée. En se levant de leur rude campement sur le sol de la chambre à coucher, elle avait trouvé Michka assise à une fenêtre, le regard perdu au-dehors.”

Aucun commentaire:

Publier un commentaire