dimanche 2 avril 2017

"Le Trône de Fer: L'épée de Feu" de George R.R. Martin

"Le Trône de Fer: L'épée de Feu" de George R.R. Martin 
Ed. J'ai Lu 2003. Pages 374. 
Titre Original: "A Song of Ice and Fire: A Storm of Swords" 

Résumé: Les sept couronnes sont exsangues. Le royaume panse ses plaies. Les guerres ont vidé les campagnes, les épidémies ont ruiné les récoltes et les pillards écument les terres dévastées. Pourtant il y a toujours autant de prétendants qui briguent la couronne : chacun dans son repaire échafaude des stratégies. Les Lannister multiplient les alliances fragiles, Stannis Baratheon se réfugie toujours davantage dans le culte de R'hllor, le maître de la lumière, et Robb Stark soupire après son fief en lambeaux. Mais d'autres ennemis se massent aux frontières, loin dans le nord. Et, pendant que les puissants avancent leurs pions, les faibles tentent de survivre..

La 7 de la page 7: "Je ne voudrais pas vous blesser, Régicide." 

Retour à Westeros où les choses bougent pas mal et de toute part. Si on est encore dans un style d'exposition de l'intrigue, on sent la tension monter et on en sait plus sur certains personnages. Le lecteur se retrouve poussé dans ses retranchements en ce qui concerne plusieurs personnages. Celui avec lequel c'est le plus flagrant est sans doute Jaime Lannister. On l'a détesté depuis le début et maintenant, après deux tomes, on se retrouve à vraiment l'apprécier. C'est déroutant. Et en même temps, c'est très représentatif de la complexité que Martin met dans ses romans. Le lecteur ne peut se contenter de rester spectateur passif dans les romans de Martin. Il ne peut faire autrement que s'impliquer dans cette épopée magistrale. 
Mais il n'y a pas qu'à Westeros que les choses bougent. Loin de là. Déjà, Jon prend de l'ampleur au Mur. On peut apprécier son côté loyal. Ou alors vous pouvez être comme moi, et ne pas vraiment vous soucier de ce qui arrive au Mur... Ce sera certainement pour plus tard, je suppose. 
Par contre, Stannis se pose là comme une véritable enflure. On ne l'aime pas des masses malgré un chapitrage Davos qui, lui, nous est assez sympathique. 
En ce qui concerne Robb, on  a tendance à oublier qu'il est encore fort jeune. Mais on ne peut s'empêcher d'avoir envie de lui coller des claques tellement ses actions sont puériles. 
En refermant ce tome, on sent que le suivant sera probablement palpitant. Martin a tout mis en place pour une fin explosive de "A Storm of Swords". On en veut pour preuve le final de Daenerys, à couper le souffle du lecteur. 
La guerre gronde et les pions avancent sur l'échiquier de Martin. Tout est en place pour une suite que l'on espère vertigineuse. 
Le plus aimé: Daenerys Targaryen. 
Le plus détesté: Tywin Lannister. 

Extrait: "La faux de la destruction s'étant abattue de part et d'autre de la route royale sur deux journée de chevauchée, devant eux s'étendaient à perte de vue des champs et des vergers calcinés d'où saillaient des moignons d'arbres pathétiques. Et comme le feu n'avait pas davantage épargné les ponts, que les pluies d'automne grossissaient les cours d'eau, force était de patrouiller le long des rives en quête de gués. On ne voyait âme qui vive, mais les loups peuplaient chaque nuit de leurs hurlements."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire