dimanche 2 avril 2017

"Nous allons mourir ce soir" de Gillian Flynn

"Nous allons mourir ce soir" de Gillian Flynn. 
Ed. Sonatine 2016. Pages 96. 
Titre Original: "What do you do?" 

Résumé: Après une enfance difficile, la narratrice anonyme devient travailleuse du sexe. Des années d’expériences ont développé chez elle un véritable don pour décrypter la psychologie de ses interlocuteurs, leurs intentions et leurs envies. Aussi lui arrive-t-il de donner des conseils à des âmes en peine. Lorsqu’elle rencontre Susan Burke, une femme aisée aux prises avec une situation dramatique, elle lui propose de l’aider. Susan et sa famille ont emménagé à Carterhook Manor, une vieille demeure inquiétante, marquée par une violente histoire vieille de cent ans. Sur place, la narratrice rencontre Miles, le beau-fils de sa cliente, un adolescent au comportement étrange et glaçant. Saura-t-elle découvrir toute la vérité sur Carterhook Manor et la famille qui l’habite désormais ?

La 7 de la page 7: "Par conséquent toute l'affaire prend plus de temps qu'il ne serait souhaitable pour tout le monde." 

Cette histoire de Flynn est certes courte, mais elle est terriblement efficace. Personne n'est celui qu'il prétend. Flynn parvient à mettre en place une atmosphère où le lecteur est envahi d'une paranoïa constante et croissante. On ne sait plus où donner de la tête. Dès qu'on semble avoir trouvé une solution, on est pris à revers par une nouvelle révélation, un nouveau doute. La plume acérée de Flynn nous tient en apnée 96 pages durant. Qui pouvons-nous croire? Où avons-nous mis les pieds? Non seulement la plume est efficace mais l'histoire qu'elle sert nous offre des personnages complexes et qui valent vraiment le détour. La fin de cette courte histoire est explosive et nous réserve de belles surprises. Court mais tellement bon. 

Extrait: "Je l'ai retrouvée dans sa maison le lendemain. En remontant sa rue dans mon fidèle pot de yaourt j'ai pensé: de la rouille. Pas du sang. Une substance qui émanait du toit. Qui sait quels matériaux on employait dans la construction de vieilles maisons? Qui sait ce qu'il pouvait filtrer après une centaine d'années? Restait à savoir comment aborder la chose. Ça ne me tentait vraiment pas, de me lancer dans l'exorcisme et la démonologie, un truc de bigots à la con." 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire