mercredi 3 janvier 2018

"La chambre des époux" de Eric Reinhardt

"La Chambre des époux" de Eric Reinhardt. 
Ed. Gallimard 2017. Pages 174. 

Résumé: Nicolas, une quarantaine d’années, est compositeur de musique. Un jour, sa femme Mathilde apprend qu’elle est atteinte d’un grave cancer du sein qui nécessite une intense chimiothérapie. Alors que Nicolas s’apprête à laisser son travail en plan pour s’occuper d’elle, Mathilde l’exhorte à terminer la symphonie qu’il a commencée. Elle lui dit qu’elle a besoin d’inscrire ses forces dans un combat conjoint. Nicolas, transfiguré par cet enjeu vital, joue chaque soir à Mathilde, au piano, dans leur chambre à coucher, la chambre des époux, la symphonie qu’il écrit pour l’aider à guérir. S’inspirant de ce qu’il a lui-même vécu avec son épouse pendant qu’il écrivait son roman Cendrillon voilà dix ans, Éric Reinhardt livre ici une saisissante méditation sur la puissance de la beauté, de l’art et de l'amour, qui peuvent littéralement sauver des vies.

La 7 de la page 7: "Les articles et les invitations à parler de mon roman dans les médias se multipliaient, celui-ci gagnait des places dans la liste des meilleures ventes, Jean-Marc Roberts intriguait tout azimut et me racontait chaque matin par le menu après m'avoir communiqué euphorique les chiffres de vente de la veille, ses stratégies sophistiquées." 

J'ai eu beau tourner et retourner dans tous les sens "La Chambre des époux", je ne suis jamais parvenue à y trouver le moindre intérêt. Les phrases interminables de Reinhardt m'ont directement enrhumée dans ma lecture. Là où certains verront une sophistication littéraire, je n'ai trouvé que superficialité banale de phrases consécutives qui ne m'ont jamais atteinte. 
On est dans une "semi-fiction", "semi-biographie" totalement auto-centrée qui exclut magistralement le lecteur. Le ton est pompeux, prétentieux, parfois même narcissique. 
"Le mariage des époux" est un très grande déception. Je n'y ai trouvé aucun intérêt, pire ,aucun plaisir. 

Extrait: " La serveuse est venue me voir à plusieurs reprises, désemparée et attendrie par ce chagrin insatiable, voulant s'assurer que je n'avais besoin de rien (je percevais touché son désarroi, son impuissance émue) mais avec le souci constant de ne pas se montrer importune." 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire