lundi 21 mars 2016

"L'ennemi intime" de Ava Mc Carthy


“L’ennemi intime” de Ava McCarthy.
Ed. France Loisirs 2010. Pages 514.
Titre Original: “The Insider”

Résumé: Henrietta, dite Harry, Martinez, experte en piratage informatique, a toujours aimé le risque. Mais ses frissons virtuels ne deviennent que trop réels quand un inconnu l’agresse brutalement en mentionnant l’opération Sorohan. Ce nom a une résonance terrible : il s’agit d’une allusion au scandale financier qui a conduit son père en prison six ans plus tôt...

La 7 de la page 7: “Il envisagea un instant d’essayer d’en tracer la source mais il savait déjà que ça ne servirait à rien: la dernière ne l’avait menée qu’à un serveur mail anonyme.”

Pour être parfaitement honnête, j’ai commencé “L’ennemi intime” en me disant que j’avais un peu de temps devant moi et que ce roman me ferait passer quelques heures de relaxation. Voilà ce qui s’appelle se tromper magistralement. J’ai littéralement dévoré ce livre d’une seule traite et en une seule nuit. Et j’en suis la première surprise. Je ne suis pas une lectrice féroce de cybercriminalité. Et pourtant, ici, je me suis laissée embarquée immédiatement. Les personnages sont efficaces et bien tournés. On s’attache à eux et on continue inlassablement à tourner les pages tellement on souhaite connaître ce que l’auteur leur réserve.
L’auteur met en place une intrigue somme toute assez simple mais implique ses lecteurs à s’investir dans l’histoire. Le timing est parfait. Quelques longueurs, certes, mais elles ne nuisent absolument pas à l’intrigue. On soupçonne tout le monde et les personnages sont assez bien écrits pour que chacun soit suspecté.  Les rebondissements sont au rendez-vous et sont très efficaces. On se laisse prendre par surprise Presque à chaque fois.
Certes, ce n’est sans doute pas le thriller de l’année mais il est bien construit et permet une lecture agréable et un rythme assez haletant. Une très bonne surprise.

Extrait: “Un picotement lui parcouru la nuque, comme chaque fois qu’elle s’apprêtait à pénétrer dans un système censé garantir une sécurité absolue. Pour un peu, elle aurait crié victoire, mais ce n’était ni l’endroit ni le moment.  Au lieu de quoi, elle ouvrit le fichier de sauvegarde afin de prendre rapidement connaissance de son contenu. Si les noms d’utilisateur apparaissaient en clair, les mots de passe en revanche étaient tous cryptés. Elle jeta un coup d’œil par-dessus son épaule. Nadia bavardait avec un client au téléphone tout en pianotant sur son clavier.”

Aucun commentaire:

Publier un commentaire