mercredi 27 septembre 2017

"La villa rouge" de James Patterson

"La villa rouge" de James Patterson
Ed. L'Archipel 2017. Pages 472.
Titre Original: "Murder House".

Résumé: Dans les Hamptons (Long Island), au 7 Ocean Drive, se dresse une impressionnante maison à la façade gothique avec une vue imprenable sur l’océan.Mais elle est à l’abandon depuis plusieurs années et tombe en décrépitude. On la dit maudite. Il est vrai que la Villa rouge, telle qu’on la surnomme, a été par le passé le théâtre d’une série de meurtres jamais résolus.
Quand un nabab d’Hollywood et sa maîtresse y sont retrouvés sans vie, tous pensent que la malédiction frappe de nouveau.
Jenna Murphy, une ancienne flic de New York, va mener l’enquête. Elle qui, enfant, jouait sur la plage non loin de la maison, voit ressurgir en elle une terreur qu’elle croyait pourtant éteinte…
Mais la Villa rouge n’a sans doute pas encore révélé tous ses mystères… et Jenna pourrait bien en être la prochaine victime. 

La 7 de la page 7: "Leurs destins ne se sont pourtant croisés que six semaines auparavant." 

On ne peut pas dire que le quatrième de couverture de "La villa rouge" ne soit pas alléchant, ce serait mentir. Les personnage sont intéressant mais ne permettent pas toujours au lecteur de s'investir en eux. Et si l'intrigue est intéressante, il est important de constater qu'au final, elle en révèle trop, trop vite. On devine vite qui se cache derrière les traits du tueur. Et de ce fait, on est totalement agacé que le personnage principal semble incapable de le trouver elle-même. 
La fin est prévisible et là où on nous révèle la grande surprise finale, on n'est pas particulièrement surpris car cela faisait déjà un moment qu'on avait découvert le pot aux roses. Dommage. 

Extrait: "Lorsqu'il se réveille, il fait encore nuit et un souffle d'air froid pénètre dans sa chambre par la fenêtre ouverte. Il se lève une heure plus tard en temps ordinaire, mais il n'a quasiment pas fermé l'oeil de la nuit, dans l'attente de cette journée. Il n'est même pas certain d'avoir dormi."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire