vendredi 1 juillet 2016

"Nouvelles Chroniques de San Fransisco" de Armistead Maupin


“’Nouvelles Chroniques de San Fransisco” de Armistead Maupin.
Ed. 10/18 2012. Pages 378.
Titre Original: “More Tales of the City”

Résumé: Au 28, Barbary Lane, Mary Ann, venue de Cleveland, poursuit depuis six mois "son initiation, tantôt glorieuse, tantôt harassante, dans cet univers aventureux qu'était San Francisco". Tous les locataires sont devenus ses amis, en particulier Michael, dit Mouse, qui, comme elle, cherche l'homme de sa vie. Ils entreprennent ensemble une croisière au Mexique qui leur permettra, après bien des tribulations, de réaliser tous les deux leur rêve. Mais ce deuxième épisode du feuilleton d'Armistead Maupin contient une révélation de taille. Mme Madrigal, l'adorable logeuse, qui s'efforce contre vents et marées, d'assurer le bonheur de son étrange famille recomposée, est en fait le père d'une de ses locataires. Cette histoire de transexualité et une affaire plus obscure de transsubstantiation à laquelle se voue une inquiétante secte religieuse sont les ressorts de ce nouveau volet d'une comédie humaine qui plaide avec humour en faveur de la tolérance et du respect mutuel.

La 7 de la page 7: “Tu veux bien venir?”

Deuxième volet de la saga des chroniques de San Fransisco, c’est avec une joie difficilement descriptible qu’on retrouve nos héros de Barbary Lane.
On les avait quitté avec tristesse dans le précédent tome. Ici, on les retrouve afin de continuer leurs histoires rocambolesques.
L’écriture est toujours aussi agréable et les chapitres courts nous permettent une lecture fluide sans jamais laissé un de nos personnages préférés trop longtemps seul. On se vautre dans cette suite réussie. On attend le reste avec impatience.

Extrait: “Les chrétiens sont les seuls au monde qui s'agenouillent devant un instrument de torture, dit Michael en haussant les épaules. Si Jésus avait été martyrisé à notre époque, je suis sûr qu'on aurait tous des petites chaises électriques autour du cou.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire