mercredi 6 juillet 2016

"Trauma: Les visages de Victoria Bergman 2"


“Trauma: Les visages de Victoria Bergman 2” de Erik Axl Sund.
Ed. Babel Noir 2015. Pages 473.
Titre Original: “Hungerelden”

Résumé: Un important homme d’affaires est retrouvé sauvagement assassiné dans son appartement de Stockholm. Son corps a été dépecé et la scène du crime peinte au rouleau avec son sang. Plus tard, une femme de la haute société est découverte dans un souterrain, une corde de piano autour du cou. Le fils d’un haut fonctionnaire trouve quant à lui la mort dans une piscine municipale de la capitale. Seul lien apparent : un bouquet de tulipes jaunes laissé sur les lieux des crimes. La commissaire Jeanette Kihlberg est chargée de l’enquête. Toujours hantée par la mystérieuse Victoria Bergman, elle continue simultanément ses recherches dans l’affaire classée de jeunes sans-papiers assassinés et fait appel à la psychothérapeute Sofia Zetterlund pour établir un profil du meurtrier. De son côté, Sofia continue son autothérapie pour tenter de reprendre le contrôle d’elle-même mais ses absences ne font que s’intensifier. Pendant ce temps, Victoria Bergman mène sans relâche sa croisade contre les faibles... Avec ce roman d’une noirceur vertigineuse, Erik Axl Sund poursuit sa plongée dans les tréfonds du psychisme humain et offre une suite électrisante à Persona.

La 7 de la page 7: “Schwarz recule, la queue entre les jambes, et à ses côtés  Alhund n’en mène pas large.”

Le premier tome de cette trilogie s’était terminé sur une fin un peu décevante. J’espérais donc que le deuxième tome relève un peu le niveau. Malheureusement, la suite est tout aussi décevante. Les personnages principaux devient de plus en plus complexes. Trop complexes. J’ai eu du mal à m’intéresser à leur sort et à leurs péripéties. Peut-être que le troisième tome sera celui qui finira en apothéose. Mais pour cela, vous devrez le lire sans moi. Ce tome, trop brouillon et trop compliqué à suivre, a eu raison de moi. Pas de tome 3 en ce qui me concerne.

Extrait:”Stockholm peut être un endroit affreux. L’hiver impitoyable souffle un vent hostile, le froid pénètre partout, il est presque impossible de s’en protéger. La moitié de l’année, il fait nuit quand les habitants de la ville se réveillent, et nuit quand ils rentrent chez eux le soir. Des mois durant, les gens vivent dans un manque de lumière compact, étouffant, dans l’attente de la délivrance amère. Ils se referment dans leur sphère privée, évitent de croiser inutilement le regard de leurs semblables et repoussent tout ce qui pourrait les déranger à l’aide de leurs Ipod, lecteurs MP3 et téléphones portables.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire