lundi 5 juin 2017

"Au fond de l'eau" de Paula Hawkins

"Au fond de l'eau" de Paula Hawkins
Ed. Sonatine 2017. Pages 405.
Titre Original: "Into the water"

Résumé: Une semaine avant sa mort, Nel a appelé sa sœur, Julia. Qui n’a pas voulu lui répondre. Alors que le corps de Nel vient d’être retrouvé dans la rivière qui traverse Beckford, leur ville natale, Julia est effrayée à l’idée de revenir sur les lieux de son enfance. De quoi a-t-elle le plus peur ? D’affronter le prétendu suicide de sa sœur ? De s’occuper de Lena, sa nièce de quinze ans, qu’elle ne connaît pas ? Ou de faire face à un passé qu’elle a toujours fui ? Plus que tout encore, c’est peut-être la rivière qui la terrifie, ces eaux à la fois enchanteresses et mortelles, où, depuis toujours, les tragédies se succèdent.

La 7 de la page 7: "Papa, assis sur la berge, en train de dessiner." 

Après le succès retentissant de "La fille du train", c'est avec impatience qu'on attendait le prochain Paula Hawkins. Et on ne peut s'empêcher une certaine excitation mais également de l'appréhension une fois qu'on le tient dans ses mains. Le premier roman avait souvent été critiqué pour une certaine lenteur. Je ne faisais pas partie de ces personnes qui ont trouvé "La fille du train" trop long voir ennuyeux. Non. J'avais adoré ce roman et j'attendais donc énormément du nouveau roman de l'auteure. 
Première constatation, Hawkins fait le choix de conserver la même structure narrative. Elle nous livre un roman divisé en chapitres de personnages. Et chacun d'entre-eux semble cacher quelque chose. Ou du moins, ne pas nous dire toute la vérité. Hawkins nous met en garde dès le départ: Ne faire confiance à personne dans ce roman. 
Nel s'est-elle suicidée? Un accident? Ou quelqu'un l'a-t-il poussée? Et surtout, pourquoi est-elle morte? Que savait-elle? Que cachait-elle? 
Dès les premières lignes, Hawkins met un rythme soutenu. Même si, par la suite, ce rythme connaîtra des hauts et des bas, il est peut probable qu'on taxe encore le texte de lenteur (ou alors on aime vraiment pas l'auteure et il faut passer à autre chose). 
De suite, on est envoûté par le récit, par les personnage intrigants et l'eau menaçante. Le lecteur doit faire la part des choses et soit tenter de découvrir les mystères par lui-même ou alors se laisser totalement porter par Hawkins. Mais le roman est tellement bien ficelé qu'il est difficile de faire autre chose que se laisser porter toujours plus loin dans cette histoire qui sombre de plus en plus dans la noirceur des secrets de famille, des trahisons et des incompréhensions entre personnages. 
Le lecteur choisit lesquels des personnages il va croire. Et, à coup sûr, il choisira ceux qu'il ne fallait pas. Ceux qui semble inoffensifs. Ceux qui ne nous poussent pas dans nos retranchements. Et c'est là que naît la puissance d'Hawkins. L'être et le paraître se mélangent et nous laissent essoufflés de n'avoir rien vu venir. Personne n'est réellement innocent. Certains sont simplement plus coupables que les autres. Et jusqu'à la dernière page, Hawkins nous roule dans la farine et nous fait tomber dans le piège. Un très bon thriller à mettre entre toutes les mains. 

Extrait: "Avant que sa vie entière ne vole en éclat, Louise n'avait jamais compris combien le deuil était gênant pour les autres.  Mais c'est terriblement inconfortable, en réalité, de croiser une personne endeuillée. Au début, on comprend sans difficulté ce chagrin omniprésent, on le respecte, même, mais au bout de quelques temps, il vient perturber les conversations, les rires, la vie normale. Les gens veulent passer à autre chose, continuer à avancer, et vous, vous restez là, devant eux, bloquant le passage, à traîner le corps de votre enfant morte derrière vous."

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire