mercredi 14 juin 2017

"Le Trône de Fer: Un festin pour les corbeaux" (tome 12) de George R.R. Martin

"Le Trône de Fer: Un festin pour les corbeaux" (tome 12) de George R.R. Martin
Ed. J'ai Lu 2008. Pages 409.
Titre Original: "Song of Ice and Fire: A Feast for Crows"

Résumé: Les cartes changent une nouvelle fois de main : Cersei Lannister, la noire régente, s'empêtre dans la toile d'araignée qu'elle a tissée pour neutraliser sa bru, la petite reine ; arrivée au terme de son éprouvante quête, Lady Brienne, la pucelle de Torth, va faire une découverte aussi inattendue que mortelle ; Sansa Stark, marionnette entre les mains de Lord Petyr Baelish, dit Littlefingers, prépare un retour en force qui devrait faire couler beaucoup d'encre... et de sang ! Un chapitre de plus se clôt sur le royaume des Sept Couronnes, avec son lot d'alliances contre nature, de trahisons sanglantes et de morts inutiles. Et comme le trône de fer ne reste jamais vacant bien longtemps, une nouvelle guerre civile se profile à l'horizon.

La 7 de la page 7: "Au cours de l'escalade, ils croisèrent une douzaine de frères de la communauté; leur passage suscita bien des regards curieux sous les capuchons brun-gris, mais pas la moindre parole de bienvenue." 

Les deux tomes précédents nous ont laissé quelque peu sur notre faim. Et c'est plein d'espoir qu'on ouvre le douzième tome "Un festin pour les corbeaux". Si ce tome est meilleur que les tomes précédents, force est de constater que le démarrage est difficile et douloureux. 
Brienne et Jaime continuent à se balader sur les routes, inlassablement, pendant qu'Arya commence, lentement mais sûrement à nous taper sur le système nerveux. Il lui arrive pas mal de chose mais son côté guerrier, limite ninja, de la jeune fille est trop forcé. 
Cersei reste Cersei, imbuvable. On s'intéresse à la vie sentimentale de Sam, c'est dire...
On retrouve certains personnages qu'on avait perdu de vue depuis quelques tomes déjà et c'est un gros point positif de ce tome. 
Mais, en vérité, on reste toujours avec un goût de trop peu. Il nous reste les manigances de ce bon vieux Petyr à nous mettre sous la dent et une fin assez bonne mais qui ne rattrape pas la lenteur du reste de l'intrigue.
Vivement la suite pour qu'on puisse enfin voir les choses un peu bouger.  

Le plus aimé: Petyr Baelish. 
Le plus détesté: Cersei Lannister. 

Extrait: "Il ne lui tint pourtant pas rigueur de son baiser.
Tu ne saurais croire la moitié de ce qui se passe à Port-Réal actuellement, ma petite chérie. Cersei culbute allègrement d'une bêtise dans une autre, aidée tout du long par son Conseil de sourds, d'aveugles et de corniauds. J'ai toujours prévu qu'elle ruinerait le royaume et se détruirait elle-même, mais je ne m'étais pas une seconde attendu à ce qu'elle le fasse tout à fait aussi promptement. S'en est presque contrariant. Je m'étais bercé de disposer de quatre ou cinq années peinardes pour semer de certaines graines et pour permettre de mûrir à certains fruits, mais maintenant... C'est une bonne chose que je me complaise à prospérer sur le chaos." 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire