mercredi 14 juin 2017

"Miss Peregrine et les enfants particuliers: Hollow City" (tome 2) de Ransom Riggs

"Miss Peregrine et les enfants particuliers: Hollow City" (tome 2) de Ransom Riggs
Ed. Bayard 2014. Pages 502. 
Titre Original: "Hollow City" 
Résumé:  Jacob et les enfants particuliers sont désemparés : Miss Peregrine, changée en oiseau, est prisonnière de son état, suite à l’attaque des Estres, des âmes damnées, sur l’île Cainholm. Les voilà donc livrés à eux-mêmes ! Après avoir essuyé une tempête entre Cainholm et le continent, Jacob et ses amis s’échouent sur une rive de Grande-Bretagne, en 1940, alors que la Seconde Guerre Mondiale fait rage. Entre fuir des Estres déguisés en soldats, des rencontres avec des animaux singuliers, et la recherche de la dernière Ombrune en liberté afin de redonner à la directrice de l’orphelinat sa forme humaine, cette deuxième aventure de la série s’annonce palpitante et pleine de frissons !

La 7 de la page 7: "C'est le moment de lui dire adieu." 

Autant le premier tome des aventures de Jacob m'avait totalement envoûtée, ici, avec cette suite, je n'ai vraiment pas décollé. Pourtant on reste dans la même structure que le premier tome mais ce deuxième tome est, j'espère, juste le tome de transition entre le premier et le troisième. Si cela ne devait pas être le cas, je serait malheureusement déçue par une saga qui partait pourtant si bien. 
J'ai eu l'impression de piétiner du début à la fin. Riggs passe rarement la troisième et on reste bloqué en deuxième sans jamais vraiment s'emballer. 
Le parallèle entre les gitans et les particuliers est trop facile alors que la manière d'aborder la seconde guerre mondiale est, elle, réussie. C'est quand Riggs joue avec l'Histoire qu'il devient brillant. 
J'attends donc le troisième tome pour me faire une idée définitive sur cette saga.

Extrait: "Dans notre dos se dressait le vieux phare qui avait servi de théâtre au soir. C'était là que, sous une pluie de bombes, nous avions failli nous noyer et périr déchiquetés par des balles. Là aussi que j'avais saisi un revolver, appuyé sur la détente et tué un homme -un acte que j'avais encore du mal à comprendre. C'était là, enfin, que nous avions perdu Miss Peregrine, avant de la retrouver et de la soustraire aux mâchoires d'acier d'un sous-marin.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire