mercredi 8 juin 2016

"Lestat, le vampire" de Anne Rice


“Lestat, le vampire” de Anne Rice
Ed. Pocket 1990. Pages 606.
Titre Original: “Lestat the Vampire”

Résumé: Un vampire libertin et impie qui ne croit ni à Dieu ni au diable ? Lestat de Lioncourt, benjamin d'une famille de hobereaux auvergnats minés, a été vampirisé dans sa vingtième année par un démon.
Deux siècles plus tard, en Californie, attiré des profondeurs de la terre par le climat dionysiaque qui règne dans le monde, il lance un défi aux puissances des ténèbres en jouant une musique à réveiller les morts... Avec Lestat le vampire, Anne Rice a créé une créature unique et a révolutionné la littérature fantastique. Du San Francisco d'aujourd'hui à la Bretagne druidique en passant par la Venise du XVe siècle et le Paris prérévolutionnaire, un roman admirable et vertigineux, au cœur d'un univers fascinant de sensualité et d'angoisse, peuplé d'êtres mi-anges mi-démons qui nous ressemblent comme des frères...

La 7 de la page 7: “La misère et la saleté qui, depuis des temps immémoriaux, s’étalaient partout dans les grandes cités du monde avaient presque totalement disparu.”

“Lestat, le vampire” est le deuxième volet des Chroniques des Vampires de Anne Rice. On avait déjà rencontré Lestat dans “Entretien avec un vampire”. Là où Louis avait un côté trop sentimental, trop romantique, c’est surtout Lestat qui nous avait intrigué. C’est donc logiquement que Rice consacre son deuxième tome au mystérieux et cruel Lestat. Au-delà d’indices concernant la personnalité du vampire, Rice nous emmène dans un voyage exceptionnel à travers les âges et les paysages. Elle nous fait voyager de l’époque contemporaine au Xvème siècle pour passer à la révolution française. Et tout cela avec fluidité. On suit avec délectation ce vampire atypique. De plus, on découvre plus Lestat, ses colères, ses tristesses. On suit la transformation de cet humain en vampire impitoyable et cynique. Le récit est élégant mais sait être violent quand l’intrigue l’exige. Une très bonne suite qui ne donne qu’une envie: continuer ces chroniques des vampires afin de continuer ce voyage sombre et hypnotisant. 

Extrait: “Le monde n'est par lui-même ni bon ni mauvais. La nature, Dieu, ou quelque principe que ce soit à qui nous attribuons la direction de notre existence, n'apportent ni récompense ni châtiment. A nous de tirer leçon de nos expériences. Il n'est qu'une seule faute : l'ignorance.”

Aucun commentaire:

Publier un commentaire