lundi 7 novembre 2016

"La reine de la Baltique" de Viveca Sten

"La reine de la Baltique" de Viveca Sten
Ed. Le Livre de Poche 2014. Pages 476.
Titre Original: "I de lugnaste vatten"

Résumé: Archipel de Stockholm, en pleine saison estivale : les cadavres s'accumulent, la population s'affole...
Un corps est retrouvé sur une plage de l''île de Sandhamn. L'inspecteur Thomas Andreasson est chargé de l'enquête. Habitué des lieux pour y passer toutes ses vacances, il va se voir proposé une aide bien inattendue : celle de Nora, son amie d'enfance, jeune femme d'une perspicacité redoutable.
L'été vire au cauchemar quand un second cadavre est découvert dans une chambre d'hôtel. Et si, désormais, plus personne n'était à l'abri ?
Thomas croyait tout savoir de sa petite île paradisiaque. Il n'est pourtant pas au bout de ses lugubres découvertes...

La 7 de la page 7: "Comme il avait en outre un embonpoint qui correspondait en grande partie à la corpulence d'un homme politique, il était d'autant moins enclin à s'amuser des comparaisons que ses collègues bien intentionnés n'arrêtaient pas de faire circuler." 

"La reine de la Baltique" est ma première rencontre avec Viveca Sten. Et on ne peut pas dire que j'ai été déçue. Certes, l'intrigue est assez lente, comme souvent dans les romans scandinaves. Mais ce n'est pas vraiment dérangeant dans ce roman tant les personnages sont bien construits et se laissent découvrir avec facilité. On se laisse facilement embarquer dans cette histoire policière et on aime à se balader dans ce décor suédois somptueusement décrit. La plume est efficace et permet à l'intrigue de couler de source mais aussi de surprendre le lecteur. Et il se laisse bercer par cette intrigue policière et ne voit pas venir la fin tragique. Un très bon policier qui laisse le lecteur avec l'envie de continuer les aventures de Sten. 

Extrait: "Normalement, elle avait toujours du glucose ou quelque chose de sucré dans ses poches, mais là, elle n'avait rien pris, puisqu'elle ne partait pas pour longtemps. De rage, elle aurait pu se botter les fesses. Avait elle donc tout fait de travers, ce soir? Où était sa lampe de poche? Lentement, elle rampa pour essayer de la trouver dans le noir. Elle pourrait peut être attirer l'attention avec? Habituée à la mer, elle connaissait par cœur le signal sos. Trois courts signaux, trois longs et encore trois courts. Avec la lampe, elle pouvait signaler sa présence. Elle tâtonna de nouveau. Enfin. Là. D'un doigt tremblant, elle presse l'interrupteur. Rien."  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire