jeudi 24 novembre 2016

"Le Mystère Henri Pick" de David Foenkinos

"Le Mystère Henri Pick" de David Foenkinos. 
Ed. Gallimard 2016. Pages 286. 

Résumé: En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu’elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l’écrivain et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n’était qu’une machination?

La 7 de la page 7: "Quel est l'intérêt d'entreposer des livres dont personne ne veut?"

Avec "Le Mystère Henri Pick", Foenkinos joue sur l'érudition de son lecteur en l'investissant dans une histoire originale. L'auteur nous offre une déclaration d'amour à la littérature, quelle qu'elle soit. Durant tout le roman, on se demande qui est cet Henri Pick. Génie littéraire? Coup publicitaire? Arnaque? 
En compagnie des personnages de Foenkinos, on enquête sur l'identité de Pick. On découvre l'homme et l'auteur, comme à chaque fois, on découvre un nouvel auteur, la première fois qu'on ouvre un livre d'un auteur qui nous était, jusque là, inconnu. 
La vie défile autour du roman d'Henri Pick. Foenkinos insiste sur l'importance du marketing dans le monde de l'édition. Personne n'a encore lu le livre de Pick mais tout le monde en parle déjà. Il insiste aussi sur le phénomène actuel qui veut que tout le monde se pose en écrivain. Pourtant beaucoup de gens confondent talent et célébrité.Le succès devient plus important que le talent. Mais là où Foenkinos est dans une écriture intelligente, c'est que dans son roman, c'est le critique littéraire qui est obsédé par l'auteur et non l'inverse. On suit ce critique, se posant les mêmes questions que lui. Le livre se lit vite et bien. L'écriture est fluide et agréable, sans prétention, il raconte une histoire originale et intelligente. Le rythme est soutenu avec un chapitrage court et efficace. Un belle découverte. 

Extrait: "Après le départ de sa femme, on ne lui avait pas connu de relation durable et il n'avait pas d'enfant. Difficile de savoir quelle avait été sa vie sexuelle. On pouvait l'imaginer en amant de femmes délaissées, avec les Emma Bovary de son temps. Certaines avaient dû chercher entre les rayonnages davantage que la satisfaction d'une rêverie romanesque. Auprès de cet homme qui savait écouter, puisqu'il savait lui, on pouvait s'évader d'une vie mécanique. Mais il n'existe aucune preuve de cela. Une chose est certaine: l'enthousiasme est la passion de Gouvrec pour sa bibliothèque n'ont jamais faibli. Il recevait avec une attention particulière chaque lecteur, s'efforçant d'être à l'écoute pour créer un chemin personnel à travers les livres proposés. Selon lui, la question n'était pas d'aimer lire, mais plutôt de savoir comment trouver le livre qui vous correspond. Chacun peut adorer la lecture, à condition d'avoir en main le bon roman, celui qui vous plaira, qui vous parlera et dont on ne pourra pas se défaire. Pour atteindre cet objectif, il avait ainsi développé une méthode qui pouvait presque paraître paranormale: en détaillant l'apparence physique d'un lecteur, il était capable d'en découvrir l'auteur qu'il lui fallait." 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire