dimanche 20 août 2017

"Le secret de Crickley Hall" de James Herbert

"Le secret de Crickley Hall" de James Herbert
Ed. Milady 2011. Pages 764.
Titre Original: "The Secret of Crickley Hall"

Résumé: Crickley Hall : une vieille demeure comme on n en trouve que dans les régions reculées de l Angleterre. Vaste et sinistre, elle a même l air un peu menaçant.
Lorsque Gabe et Eve Caleigh viennent s y installer avec leurs deux petites filles, ils espèrent y trouver la paix, et tourner la page sur le terrible malheur qui a frappé leur famille.
Mais quelque chose ne va pas... Bientôt des bruits inexplicables les arrachent au sommeil. Les enfants sont les seuls témoins d étranges apparitions. Et, chaque matin, la porte de la cave est entrouverte alors qu on l avait fermée la veille.
Cette maison est le dernier endroit que les Caleigh auraient dû choisir. L'horreur qui les y attend dépasse tout ce qu ils pouvaient imaginer.
Oserez-vous affronter le terrifiant secret de Crickley Hall ?

La 7 de la page 7: "Gabe gratifia le chien, désormais alerte, d'un léger signe du menton vers le haut, comme un hochement d'approbation inversé." 

Si "Le secret de Crickley Hall" est désigné comme un thriller, il a plutôt sa place dans la catégorie horreur/épouvante. Tout y est: les codes, l'ambiance, les personnages, la maison... 
Malheureusement, ce roman est lent. Mais vraiment lent. L'intrigue met du temps à réellement s'installer et une fois que le récit s'emballe, on est presque déjà passé à autre chose. La tension est montée, certes, mais le temps qu'elle nous atteigne, on ne peut plus être surpris par ce récit. 
Et au-delà de cette lenteur accablante, il y a un autre problème beaucoup plus ennuyeux. Cette histoire tombe dans les clichés pratiquement dès la première page. Une famille qui vient de subir un drame déménage dans une maison inquiétante où leur entourage est mystérieux. Comme on dit en anglais: "Been There. Done That." 
On a aucun mal à voir où Herbert tente de nous emmener. On y a déjà été. Plusieurs fois. Et il n'y a pas ce petit quelque chose en plus qui aurait pu faire une différence. Une vraie déception. 

Extrait: "Cette nuit-là, ils dormirent tous ensemble, les filles blotties entre Gabe et Eve. A la différence que, cette fois, Chester refusait de quitter la cuisine où Gabe avait été contraint de le faire rentrer à cause de la pluie. Chester avait opposé une farouche résistance lorsque Gabe avait tiré sur son collier, répondant aux tentatives de son maître pour l'amadouer par des gémissements, la queue basse. En dépit des supplications de Gabe, le bâtard était resté collé à la porte qui donnait sur le jardin; là, il s'était recroquevillé, les yeux emplis d'une terreur qu'il était seul à comprendre." 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire