mardi 12 avril 2016

"Cercueils sur mesure" de Truman Capote


“Cercueils sur mesure” de Truman Capote
Ed. Folio 2013. Pages 121.
Titre Original: “Hand carved Coffins”

Résumé: Jake Pepper enquête jusqu'à l'obsession sur une série de meurtres mystérieux. Toutes les victimes ont reçu peu avant leur mort un cercueil miniature contenant une photo très personnelle... Un suspect : l'intouchable Bob Quinn, propriétaire du B. Q. Ranch traversé par la Rivière Bleue, objet de toutes les convoitises.
Dans la lignée de son chef-d'oeuvre De sang froid, Truman Capote, l'enfant terrible de la littérature américaine, fait preuve dans ce court roman d'une parfaite maîtrise du récit, d'un art d'écrire incomparable.

La 7 de la page 7: “On avait cinq types travaillant sur cette affaire; nous en savions plus sur George et Amélia Roberts, sur les Baxter et les Hogan qu’ils n’en ont jamais su eux-mêmes.”

Même si Capote a toujours proclamé que “Cercueil sur mesure” était tiré d’une histoire vraie, jamais personne n’a trouvé de faits divers se rapprochant de ce récit. Mais ce n’est que secondaire car l’intrigue est particulièrement percutante. Des membres d’une petite ville américaine recoivent des petit cercueils. Quelques temps après la réception de ceux-ci, ils meurent d’une mort particulièrement atroce. Capote est en contact avec le policier chargé de l’affaire. Ceux-ci communiquent épistolairement pendant un moment jusqu’au jour uù Capote fait le voyage afin de rencontrer le policier. Il nous raconte qui est le suspect. Pourquoi. Et comment il s’y serait pris pour tuer toutes ces personnes. Amoureux d’une potentielle victime, le policier ne parvient pas à lâcher l’affaire. Celle-ci le détruit à petits feux. Capote s’intéresse à l’histoire et tente de donner quelques pistes. Ensuite, il se désintéresse un peu de l’affaire. Jusqu’au dénouement final.
Capote, que l’histoire soit vraie ou pas, nous livre un roman maîtrisé et efficace. Le souci de réalisme se ressent particulièrement dans ses descriptions qui nous font voyager dans cette Amérique profonde. Entre dialogues et descriptions, “cercueils sur mesure” est peut-être l’oeuvre la plus prenante de capote (au même titre que “De Sang Froid”. Non seulement c’est agréable à lire mais le jeu entre la réalité et la fiction est tout aussi prenant. On se laisse emporter par ce roman court mais juste qui met en valeur aussi bien une intrigue particulière qu’une Amérique bien éloignée des strass et paillettes. Les personnages sont attachants et bien écrits. Du très bon Capote. De l’excellent Capote.


Extrait: “Mai 1975. Une ville dans un petit Etat de l’Ouest. Point de ralliement pour es nombreux ranches d’élevage et grandes fermes d’exploitation quil’environnent, cette ville, avec une population de moins de dix mille habitants, compte douze églises et deux restaurants. Un cinéma, encore que pas un film n’y ait été projeté depuis dix ans, se dresse encore, lugubre et délabré, dans la Grande Rue. Il y avait également un hôtel; mais lui aussi a été fermé, et, de nos jours, le seul endroit où le voyageur peut trouver à se loger est le Prairie Motel. Ce motel est propre, les chambres sont bien chauffées ; c’est à peu près tout ce qu’on peut en dire. Un homme du nom de Jake Pepper y vit depuis près de cinq ans. Il a cinquante-huit ans, il est veuf avec quatre grands fils. Il mesure un mètre soixante-quinze, est en pleine forme et paraît quinze ans de moins que son âge. Il a un visage à la fois beau et sans grâce avec des yeux bleu pervenche et une bouche mince qui se crispe en brefs tressaillement qui sont parfois des sourires.”

Aucun commentaire:

Publier un commentaire