mercredi 6 avril 2016

"Le Phare" de P.D. James


“Le Phare” de P.D. James.
Ed. Le Livre de Poche 2009. Pages 505.
Titre Original: “The Lighthouse”

Résumé: Au large de la Cornouailles anglaise, Combe Island abrite une Fondation destinée à permettre à des personnalités éminentes de venir jouir de la quiétude de ce lieu coupé du monde et se ressourcer à l'iode marin. Outre les résidents permanents - Emily Holcombe, dernière héritière des propriétaires de l'île, Rupert Maycroft, l'administrateur de la Fondation, Adrian Boyde, le comptable, Dan Padgett, le factotum, etc. -, Nathan Oliver, un écrivain de réputation mondiale, y séjourne régulièrement, accompagné de sa fille Miranda et de son secrétaire Dennis Tremlett. Alors que l'île accueille deux nouveaux visiteurs, l'un de ses habitants est retrouvé mort dans des conditions pour le moins suspectes. Chargé de mener une enquête aussi rapide que discrète, car Combe Island doit prochainement servir de cadre à un sommet international, le commandant Dalgliesh acquiert très vite la certitude qu'il s'agit d'un crime. Mais l'île est soudain la proie d'une autre menace, beaucoup plus insidieuse, celle-ci, et qui compromet la participation de Dalgliesh... Dans le huis clos d'une île battue par les vents se trouvent réunies toutes les qualités chères aux aficionados de la " reine du crime " : évocation vivante des lieux, incursions subtiles dans la vie des personnages, sans oublier les rebondissements d'une intrigue trépidante.

La 7 de la page 7: “En principe, ce que Combe Island leur offre, c’est la paix et la sécurité.”

“Le Phare” de P.D. James est un roman policier particulièrement maîtrisé. On y trouve tout ce qu’il nous faut pour passer un excellent moment de lecture. Des personnages mystérieux, une ambiance sombre et inquiétante, un récit fluide. Bref, vraiment tout ce qu’on peut souhaiter pour passer quelques heures dans une Angleterre aux paysages énigmatiques.
P.D. James n’a plus rien à prouver à personne quand il s’agit de récit policier. Et c’est toujours avec un très grand plaisir qu’on se laisse evahir par les récits de cet auteur qui n’a que peu de rivaux à sa hauteur.

Extrait: “Il s’approcha au bord de la falaise, s’arc-bouta des pieds et se pencha en arrière dans le vide. C’était la toute première étape, et elle s’accompagna du mélange de terreur et d’euphorie qui hantait encore sa mémoire. Si le point d’ancrage ne tenait pas, c’était un plongeon de vingt-cinq mètres vers la mort. Mais la corde se tendit et résista.”

Aucun commentaire:

Publier un commentaire