mercredi 26 octobre 2016

"Pride and Prejudice" de Jane Austen

"Pride and Prejudice" de Jane Austen. 
Ed. Penguin Popular Classics 1994. Pages 299. 

Résumé: Orgueil et préjugés est le plus connu des six romans achevés de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d'un mariage: l'héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett qui n'est pas riche, aimera-t-elle le héros, le riche et orgueilleux Darcy ? Si oui, en sera-t-elle aimée ? Si oui encore, l'épousera-t-elle ? Mais il apparaît clairement qu'il n'y a en fait qu'un héros qui est l'héroïne, et que c'est par elle, en elle et pour elle que tout se passe.

La 7 de la page 7: "Elizabeth Bennet had been obliged, by the scarcity of gentlemen, to sit down for two dances; and during part of that time, Mr Darcy had been standing near enough for her to overhear a conversation between him and Mr Bingley, who came from the dance for a few minutes, to press his friend to join in." 

Qui ne se souvient pas de Colin Firth sortant de l'eau, chemise humide, incarnant le somptueux Mr. Darcy? Et si cela ne vous donne pas envie de lire "Pride and Prejudice", on ne peut plus rien faire pour vous. Surtout que vous passeriez à côté d'un roman particulièrement réussi. Si le roman de Jane Austen est d'abord une histoire d'amour très complexe, il serait réducteur de ne voir dans "Pride and Prejudice" qu'un roman à l'eau de rose victorien. Car Elizabeth Bennet est, avant tout, une femme moderne dans un monde qui ne l'est pas. C'est elle qui choisit qui elle décide d'aimer. Elle décide de son destin. Même si le prix à payer pourrait être lourd, elle ne se laisse mener à la baguette par personne. Et ça, en 1813, c'est audacieux. Mais Austen met aussi également en évidence la différence des classes dans cette Angleterre bien structurée socialement. Bennet et Darcy ne sont pas du même monde et n'utilisent pas les mêmes codes. Ils ont donc énormément de mal à se comprendre et à communiquer entre eux. Dans l'intrigue elle même, il y a peu (ou pas) de choses à jeter. Le rythme est soutenu, l'écriture impeccable. Un vrai petit bijou de la littérature anglaise. 

Extrait: "Not all that Mrs Bennet, however, with the assistance of her daughters, could ask on the subject, was sufficient to draw from her husband any satisfactory description of Mr Bingley. They attacked him in various ways, with borefaced questions, ingenious suppositions and distant surmises, but at last obliged to accept the second hand intelligence of their neighbour, Lady Levers. Her report was highly favourable. Sir Williams had been delighted with him. He was quite young, wonderfully handsome, extremely agreeable, and, to crown the whole, he meant to be at the next assembly with a large party. Nothing could be more delightful_ To be fond of dancing was a certain step towards falling in love; and very lively hopes of Mr Bingley's heart were entertained." 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire