lundi 11 mai 2015

Mystic River de Dennis Lehane

"Mystic River" de Dennis Lehane. 
Ed. Rivages/Noir 2004. Pages 584.
Titre original: "Mystic River"

Résumé: Ce jour de 1975, quand éclate une bagarre en pleine rue entre Sean Devine (le plus raisonnable), Jimmy Marcus (la tête brûlée) et Dave Boyle (le plus timoré), les trois garçons sont loin de se douter que leur destin va basculer de façon irrémédiable. Une voiture s’arrête, deux hommes qui se prétendent de la police font monter Dave avec eux sous prétexte de le ramener chez lui. Dave ne reparaîtra que quatre jours plus tard. On ne saura jamais ce qui s’est passé pendant ces quatre jours. Mais les trois garçons cesseront de se fréquenter. Vingt-cinq ans plus tard, ils sont mariés et pères de famille. Sean est un policier brillant mais miné par ses problèmes conjugaux, Jimmy, un ex-chef de gang s’est rangé en achetant un magasin d’alimentation ; quant à Dave, il a brièvement connu la gloire en devenant une star du base-ball, mais aujourd’hui, il part lentement à la dérive. C’est un événement tragique, comme un écho au kidnapping de Dave, qui va les mettre de nouveau en présence : l’assassinat brutal de Katie, la fille aînée de Jimmy, âgée de dix-neuf ans. A mesure que Dean mène l’enquête, ce sont autant de voiles qui se lèvent sur des vérités aussi troubles que les eaux de la Mystic River, dont les profondeurs recèlent bien des secrets inavouables. Pris dans l’engrenage infernal de la souffrance, du remords et du désir de vengeance, les trois anciens amis n’auront plus d’autre choix que de s’affronter en un combat dont aucun ne peut sortir indemne.

La 7 de la page 7: "Son père ramassa quelques clous épars sur l'établi de son autre main." 

Excusez-moi des termes employés mais, ce bouquin nous est tombé sur le coin de la tronche avec une force de gladiateur!!
Vous voulez plus de détails? Bon d'accord. Lehane parvient à nous transposer dans un Boston sombre et inquiétant. On halète en tournant les pages. On ne voudrait jamais voir l'histoire se terminer et en même temps on entrevoit la fin avec urgence. Plus qu'un simple polar, "Mystic River" est une ode à Boston. Lehane nous fait voyager à travers des odeurs, des humeurs... Il nous y transporte, littéralement. Histoire de rédemption qui, on le sait, se terminera forcément mal, "Mystic River" est un cri d'amour et de haine. Amitiés d'enfance érodées par la vie et par les choix différents, "Mystic River" nous renvoie vers cette enfance qui est si loin de nous mais qui façonne les adultes que nous sommes devenus. Les personnages sont merveilleusement bien fournis et chacun a sa place. On souffre de leurs histoires et de leurs blessures. Lehane manie la plume avec élégance et dureté. Il ne ménage pas son lecteur. On ferme le livre avec tristesse et une envie de le recommencer, là, tout de suite.

Extrait: "Quand Sean Devine et Jimmy Marcus étaient gosses, leurs pères travaillaient tous les deux à la confiserie Coleman, d'où ils rentraient imprégnés de l'odeur écœurante du chocolat chaud. Cette odeur était devenue une partie intégrante de leurs vêtements, des lits dans lesquels ils dormaient, des dossiers en vinyle de leurs sièges de voiture. Chez Sean, la cuisine sentait la crème glacée au chocolat, et la salle de bain, le caramel. A l'âge de onze ans, Sean et Jimmy vouaient aux bonbons une haine si féroce qu'ils ne mangeaient jamais de dessert et devaient toute leur vie boire leur café sans sucre."  

#mysticriver #dennislehane #la7delapage7

Aucun commentaire:

Publier un commentaire