lundi 14 septembre 2015

"Mr. Mercedes" de Stephen King

"Mr. Mercedes" de Stephen King.
Ed. Albin Michel 2015. Pages 473.

Résumé: Midwest 2009. Un salon de l'emploi. Dans l'aube glacée, des centaine de chômeurs en quête d'un job font la queue. Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s'est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces. Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l'ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris.

La 7 de la page 7: ""C'est ce que je fais." 

Quand Stephen King s'attaque au polar, on peut dire qu'il n'y va pas avec le dos de la cuillère. Sur fond de critique sociale et de critique de la politique de l'emploi américaine, King met ici en place un roman efficace et pertinent. En effet, jamais rien n'est gratuit chez l'auteur américain. Chaque phrase est pesée et écrite en pleine conscience.
Non seulement les personnages sont efficaces mais King parvient à les rendre sympathiques. On partage leurs douleurs et leurs doutes. 
L'histoire, elle, fait penser à un bon vieux polar des années 50 mais avec cette touche bien actuelle qui rend la lecture de ce roman particulièrement agréable.
Vivement la suite! 

Extrait: "Hodges pensa, On s'est servi de ta voiture pour tuer huit personnes, peut-être plus, et toi, tu veux faire une sieste? Plus tard, il serait incapable de dire si c'était à cet instant précis qu'il avait commencé à la détester, mais c'est fort probable. Quand certaines personnes sont en détresse, on a envie de les prendre dans nos bras et de leur tapoter le dos en disant là, là. Mais il y en a d'autres à qui on a juste envie de foutre une bonne baffe dans la gueule en leur disant de se ressaisir et d'être un homme, bordel. Ou une femme, dans le cas de Mrs T."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire