mardi 22 septembre 2015

"Shutter Island" de Dennis Lehane


"Shutter Island" de Dennis Lehane. 
Ed. Rivages/Noir 2009. Pages 393. 

Résumé: Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island, se dresse un groupe de bâtiments à l'allure sinistre. C'est un hôpital psychiatrique pour assassins. Le Marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule ont été appelés par les autorités de cette prison-hôpital car l'une des patientes, Rachel Solando, manque à l'appel. Comment a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée à clé de l'extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d'une malade ou cryptogramme ? Progressivement, les deux policiers s'enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu'au choc final de la vérité.

La 7 de la page 7: "Non, c'était toute cette eau qui s'étendait autour d'eux comme s'il n'y avait plus rien d'autre au monde." 

Petit bijou lu en une soirée! 
L'histoire: au-delà du fait d'être particulièrement bien écrite, elle est diabolique! Dennis Lehane est un être maléfique! Il vous aspire sur cette île et vous fait frissonner en compagnie de Teddy et Chuck. La fin est assourdissante, choquante et  totalement inspirée! Lehane nous emmène jusqu'en haut du phare où on tombe en même temps que Teddy. On souffre et on est en colère tellement cette fin nous est intolérable. On s'envole sous la plume de Lehane, toujours aussi efficace.
Les personnages sont attachants mais en même temps, on est pris de paranoïa et on soupçonne tout le monde. Confiance en personne. Toujours sur nos gardes. 
Ce livre ne se lit pas, il se mange. On engloutit les pages et on en redemande. Véritable tourbillon psychologique, on ne sait plus où donner de la tête. 
Lehane pose une vraie question: jusqu'où notre esprit est-il prêt à aller pour se protéger? 

Extrait: " Il y a des années que je n'ai pas revu l'île. La dernière fois, c'était du bateau d'un ami qui s'était aventurer dans l'avant-port; je l'ai aperçue au loin, par-delà le port intérieur, enveloppée d'une brume estivale, pareille à une tache de peinture laissée par une main insouciante sur la toile du ciel."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire