jeudi 5 novembre 2015

"L'invention de la solitude" de Paul Auster

"L'invention de la solitude" de Paul Auster
Ed. Le Livre de Poche 1983. Pages 179.
Titre Original: "The Invention of solitude"

Résumé: "Avant même d'avoir préparé nos bagages et entrepris les trois heures de route vers le New Jersey, je savais qu'il me faudrait écrire à propos de mon père..."
Pour l'auteur-narrateur, la mort brutale de son père sonne l'heure d'une confrontation fondamentale, qui mettre aux prises l'écriture et la mémoire, l'écriture et la vie.
Récit et roman, quête promise à l'échec d'un "homme invisible" éloigné par la mort, mais aussi d'une blessure intime, L'Invention de la solitude est le texte-source d'un des écrivains les plus marquants de la littérature américaine d'aujourd'hui.

La 7 de la page 7: "A tout moment, je m'attendais à voir surgir mon père, me dévisageant, incrédule, et me demandait ce que fichais là." 

"L'invention de la solitude" est un roman sur le deuil. Il est divisé en deux parties. Si la deuxième partie est bien écrite, je dois avouer un vrai coup de cœur pour la première. Elle est beaucoup plus personnelle et Auster s'y livre plus. Il vient de perdre son père et ses mots pour décrire son deuil sont vrais et parleront à tous ceux qui ont perdu un être aimé. 

Extrait: "Il trouve extraordinaire, même dans l’ordinaire de son existence quotidienne, de sentir le sol sous ses pieds, et le mouvement de ses poumons qui s’enflent et se contractent à chaque respiration, de savoir qu’il peut, en posant un pied devant l’autre, marcher de là où il est à l’endroit où il veut aller. Il trouve extraordinaire que, certains matins, juste après son réveil, quand il se penche pour lacer ses chaussures, un flot de bonheur l’envahisse, un bonheur si intense, si naturellement en harmonie avec l’univers qu’il prend conscience d’être vivant dans le présent, ce présent qui l’entoure et le pénètre, qui l’envahit soudain, le submerge de la conscience d’être vivant. Et le bonheur qu’il découvre en lui à cet instant est extraordinaire. Et qu’il le soit ou non, il trouve ce bonheur extraordinaire."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire