jeudi 5 novembre 2015

"Monologues du Vagin" de Eve Ensler

"Monologues du Vagin" de Eve Ensler
Ed. Balland 2003. Pages 127.
Titre Original: "The Vagina Monologues"

Résumé: Depuis leur parution aux Etats-Unis en 1998, Les Monologues du vagin ont déclenché un véritable phénomène culturel : rarement pièce de théâtre aura été jouée tant de fois, en tant de lieux différents, devant des publics si différents... Mais que sont donc ces Monologues dans lesquels toutes les femmes se reconnaissent ? Il s'agit ni plus ni moins de la célébration touchante et drôle du dernier des tabous : celui de la sexualité féminine. Malicieux et impertinent, tendre et subtil, le chef-d'œuvre d'Eve Ensler donne la parole aux femmes, à leurs fantasmes et craintes les plus intimes. Qui lit ce texte ne regarde plus le corps d'une femme de la même manière.

La 7 de la page 7: "Je me sentais comme une petite fille quand je n'avais plus de poils en bas, là." 

Texte du spectacle qui a fait fureur, "Monologues du Vagin" est un texte fort. On rit souvent mais on tremble aussi en lisant certains passages. Ensler remet le mot "vagin" au centre du langage. Souvent utilisé en termes médicaux, "vagin" est ici revisité à la gloire de la féminité. 
Ensler nous offre un texte qui touche aux tabous de la féminité. Ce recueil de témoignages est une ode à la femme et à la fierté de son sexe, au littéral comme au figuré. Mais ces témoignages sont aussi marqués de pudeur souvent et de violence parfois. Le sexe féminin semble faire peur tant aux femmes qu'aux hommes. Ensler se fait la porte-parole de ces femmes violentées physiquement ou psychologiquement. C'est court mais percutant.

Extrait: "Mon vagin m'a stupéfiée. Quand est venu mon tour de prendre la parole, je n'ai pas pu prononcer un seul mot. J'étais muette. Je venais de m'éveiller à ce que la femme qui animait l'atelier appelait "l'étonnement vaginal". Je ne désirais rien d'autre que de rester allongée sur mon matelas, les jambes écartées, à examiner mon vagin, jusqu'à la nuit des temps." 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire