mercredi 7 octobre 2015

"La princesse des glaces" de Camilla Läckberg

"La princesse des glaces" de Camilla Läckberg
Ed. Babel 2012. Pages 509.
Titre Original: "Isprinsessan"

Résumé: Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d'une amie d'enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d'eau gelée. Impliquée malgré elle dans l'enquête (à moins qu'une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l'œuvre), Erica se convainc très vite qu'il ne s'agit pas d'un suicide. Sur ce point - et sur beaucoup d'autres -, l'inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint.
A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge clans les strates d'une petite société provinciale qu'elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d'autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d'un peintre clochard - autre mise en scène de suicide.
Au-delà d'une maîtrise évidente des règles de l'enquête et de ses rebondissements, Camilla Läckberg sait à merveille croquer des personnages complexes et - tout à fait dans la ligne de créateurs comme Simenon ou Chabrol - disséquer une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu'on ne le pense.

La 7 de la page 7: "Personne d'autre n'était de sortie." 

Si vous êtes amateur de policier genre slasher, passez votre chemin, "La princesse des glaces" ne se trouve pas dans cette catégorie. Mais si vous aimez les ambiances froides, nordiques et intimistes, n'hésitez pas! Premier volet des aventures de Erica Falck (suivi de beaucoup d'autres)
Il y a de nombreux personnages (parfois on peut s'y perdre) mais ils sont tous très bien campés et bien décrits par la plume de Läckberg.  C'est assez lent mais cela permet de bien profiter du dépaysement. On profite bien de cette Suède calfeutrée et de ses habitants, froids aux premiers abords mais qui sont tellement attachants. 
Quant à l'intrigue, elle est bien ficelée et les rebondissements sont au rendez-vous. 
Un bon roman pour une bonne soirée pluvieuse! 

Extrait: "Le pire n'était pas les coups cependant. C'était de vivre dans l'ombre des coups, d'attendre la fois suivante, le poing suivant. Et le plus cruel était qu'il le savait très bien et qu'il jouait avec sa peur. Il levait la main pour frapper, puis laissait le coup se transformer en caresse et en sourire. Parfois il la frappait sans la moindre raison apparente. Comme ça, des coups venus de nulle part. Non pas qu'il ait eu des raisons pour le faire en général, mais au milieu d'une discussion sur les courses à faire, ou sur le programme télé qu'ils regardaient, son poing pouvait partir subitement et l'atteindre au ventre, à la tête, dans le dos ou n'importe où selon son bon vouloir. Ensuite sans perdre le fil un seul instant il était capable de poursuivre le fil de la conversation comme si de rien n'était, tandis qu'elle, par terre, essayait de retrouver sa respiration. C'était le pouvoir qui le faisait jouir."
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire