mardi 27 octobre 2015

"Windows on the World" de Frédéric Beigbeder

"Windows on the World" de Frédéric Beigbeder
Ed. Grasset 2003. Pages 373.

Résumé: Vous connaissez la fin : tout le monde meurt. Certes, la mort arrive à pas mal de gens, un jour ou l'autre. L'originalité de cette histoire, c'est que tous ses personnages vont mourir en même temps et au même endroit. Est-ce que la mort crée des liens entre les êtres ?
Le seul moyen de savoir ce qui s'est passé dans le restaurant situé au 107e étage de la tour nord du World Trade Center, le 11 septembre 2001, entre 8 h 30 et 10 h 29, c'est de l'inventer. 

La 7 de la page 7: "Vous savez ce qu'on dit: Rockfeller a fait fortune en achetant toujours trop tard et en vendant toujours trop tôt." 

Roman à deux vitesses: une histoire passée et une histoire présente. D'un côté le 11 Septembre 2001 à New York, dans le cœur même des Tours Jumelles et de l'autre un auteur à Paris qui se demande ce qui aurait pu se passer dans ces Tours à la même date. 
Une véritable réussite de Beigbeder qui parvient à mettre en place des personnages crédibles et attachants ainsi qu'une structure narrative époustouflante. Il tient son lecteur en haleine. On dévore ce livre, le lecteur ne sait plus où donner de la tête tellement cette fiction ressemble à ce que notre imaginaire a créé pour le 11 Septembre 2001. Un véritable coup de chapeau et un vrai coup de cœur.

Extrait: "Ma vie est un désastre mais personne ne le voit car je suis très poli : je souris tout le temps. Je souris parce que je pense que si l'on cache sa souffrance elle disparait. Et dans un sens, c'est vrai : elle est invisible donc elle n'existe pas, puisque nous vivons dans le monde du visible, du vérifiable, du matériel. La douleur n'est pas matérielle ; elle est occultée. Je suis un négationniste de moi-même."  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire