lundi 12 octobre 2015

"Le chuchoteur" de Donato Carrisi

"Le chuchoteur" de Donato Carrisi
Ed. Le Livre de Poche 2011. Pages 569.
Titre Original: "Il suggeritore"

Résumé: Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

Depuis qu'ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d'agents spéciaux ont l'impression d'être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d'un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d'appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d'enlèvement. Dans le huis clos d'un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure...

La 7 de la page 7: "En réalité, il n'y avait aucun élément pour formuler une hypothèse de recherche plus poussée. "

 A la base, "Le chuchoteur" n'est pas le genre de policier que j'aurais choisi. Mais ayant reçu de très bonnes critiques, j'ai quand même décidé de lui donner une chance. Force est de constater que j'aurais du m'écouter. Certes l'histoire est plutôt bien trouvée et bien exploitée. Il y a de nombreux rebondissements (peut-être un peu trop pour moi) et les personnages sont assez attachants. 
Mais Carrisi essaie trop de nous surprendre, quitte à s'embourber dans des rebondissements qui sonnent un peu faux. 
De plus, il faut bien l'avouer, le livre est long. Il y a des longueurs qui ne servent pas l'histoire, juste à embrouiller le lecteur. Est-ce que le reste du roman parvient à faire oublier ces quelques défauts. Oui et non. Non parce qu'au final, les longueurs gagnent de plus en plus de terrain et les derniers rebondissements sont un peu trop alambiqués. Oui parce qu'il y a une suite (forcément) et qu'après mûre réflexion et la lecture de quelques critiques annonçant un deuxième volet meilleur que le premier, je vais probablement y retourner... 


Extrait: "Quand les mensonges sont nombreux, le jeu devient complexe. Un peu comme le jongleur de cirque qui tente de faire tourner des assiettes sur des bâtons. Chaque fois qu'il en rajoute une, l'exercice devient plus difficile et il est contraint de courir d'un côté à l'autre sans répit. C'est à ce moment là qu'on faiblit, qu'on s'expose." 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire