lundi 12 octobre 2015

"Roman avec cocaïne" de Maurice Aguéev

"Roman avec cocaïne" de Maurice Aguéev
Ed. 10/18 2010. Pages 230. 

Résumé: Après avoir fait scandale lors de sa première publication dans les années trente, Roman avec cocaïne fut plébiscité lors de sa parution en français en 1983. Attribué successivement à un agent secret, à un certain Mark Lévi, et même à Nabokov, ce roman-culte reste l’une des grandes énigmes de la littérature contemporaine. À travers le portrait psychologique très sombre d’un adolescent moscovite à la veille de la révolution de 1917, son mystérieux auteur explore les ressorts cachés de la conscience humaine.

La 7 de la page 7: "Il y avait dans ce petit homme replet, court sur pattes, dans sa voix de basse juteuse comme s'il venait de manger quelque chose de bon, dans les plis de son cou gras rappelant des pneus de vélo posés les uns sur les autres, dans ses petits yeux rusés et gais, et en général dans son attitude envers moi un rien de facétieusement vantard, d'approbateur, et encore autre chose, difficile à saisir, mais qui me flattait agréablement." 

Autant le déclarer haut et fort tout de suite, j'ai beaucoup aimé ce roman. Et en plus, je sais même pourquoi je l'ai aimé. Il m'a dérangée. Le personnage principal est sinistre, inhumain et pourtant tellement juste. L'écriture est agréable alors que le récit est glacial. Et c'est justement ce côté ambigu qui m'a plu. La légèreté de la plume en contraste avec la violence des propos. Ce garçon est totalement exécrable et, en même temps, délicieusement pitoyable. Il se sent supérieur à tout et à tous alors que ce n'est qu'un gamin qui mériterait une bonne leçon. Alors oui, quand celle-ci arrive, on se délecte de ses malheurs. Et en même temps, on le plaint. On ne sait plus trop quoi en faire de cette histoire. On ne sait pas si on a adoré, si on a aimé, si on est mitigé... On ne nous laisse pas la possibilité d'analyser ce qu'on lit, on est emporté, c'est tout. Aguéev nous livre une histoire et c'est à nous de voir ce qu'on en fera. 

Extrait: "Pour un homme amoureux, toutes les femmes ne sont que des femmes, à l'exception de celle qu'il aime - elle est pour lui un être humain. Pour une femme amoureuse, tous les hommes ne sont que des êtres humains, à l'exception de celui qu'elle aime; pour elle, c'est un homme."
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire