dimanche 25 octobre 2015

"Les Anonymes" de R.J. Ellory

"Les Anonymes" de R.J. Ellory
Ed. Le Livre de Poche 2013. Pages 731.
Titre Original: "A Simple Act of Violence"

Résumé: Washington. Quatre meurtres. Quatre modes opératoires identiques. Tout laisse à penser qu'un serial killer est à l'oeuvre. Enquête presque classique pour l'inspecteur Miller. Jusqu'au moment où il découvre qu'une des victimes vivait sous une fausse identité, fabriquée de toutes pièces. Qui était-elle réellement ? Ce qui semblait être une banale enquête de police prend alors une ampleur toute différente et va conduire Miller jusqu'aux secrets les mieux gardés du gouvernement américain.

La 7 de la page 7: "Et James Stewart dit: "Eh bien, bonjour."" 

Je commence à me demander si je ne serais pas atteinte d'un complexe d'Ellory... Je m'explique: j'aime beaucoup la plume de l'auteur et j'aime sa manière de raconter des histoires mais vient toujours un moment dans ses romans où je me plains de la lenteur de la narration. J'ai l'impression qu' Ellory tourne autour du pot. De plus, dans "Les Anonymes", je n'ai pas été séduite par le côté conspirationniste de l'intrigue. beaucoup trop "prise de tête" pour moi. 
Cela reste un bon livre mais il est grand temps que je commence à me demander si, au final, le style d'Ellory me convient réellement. 

Extrait: "Elle voit alors le visage de George Bailey s'éclairer devant la danse, et Mary qui regarde George: c'est un de ces moments de coup de foudre, de paralysie complète, qui n'arrivent qu'aux meilleurs d'entre nous, et qu'une seule fois dans la vie. Et si vous ne cédez pas à ce moment, à cette magie instantanée qui envahit votre cœur, votre tête, le moindre centimètre carré de votre corps...si vous n'y cédez pas, vous y repenserez toujours comme à LA chose que vous auriez du faire, la seule chose que vous auriez vraiment dû faire, celle qui aurait pu changer votre vie du tout au tout, qui aurait pu la rendre digne d'être vécue, lui donner plus de sens que ce avec quoi vous vous retrouvez au final... " 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire